Questions sur la maladie

Vous êtes ici : 
  1. Accueil
  2. Connaître et combattre
  3. Questions sur la maladie

Questions et informations

Attention, nous ne sommes pas médecins ! Les informations médicales présentes sur notre site sont destinées à améliorer la relation qui existe entre le patient et son médecin, et ne peuvent en aucun cas remplacer une consultation médicale.

Les informations reprises ci-après, la vidéo et le contenu de  la brochure « Le Myélome Multiple » éditée en collaboration avec  l’AFITCH-OR (Association Française des Infirmier(e)s de Thérapie Cellulaire Hématologie Oncologie et Radiothérapie) sont publiées avec l’aimable autorisation de nos partenaires JANSSEN et CELGENE.

Dépliant Myélome Multiple AFITCH-ORTélécharger le dépliant complet "Le Myélome Multiple" d'AFITCH-OR

Une vidéo pour mieux comprendre

 

Une maladie de la moelle osseuse

Le myélome multiple est une maladie maligne de la moelle osseuse, tissu contenu dans les os où sont produites les cellules du sang et de la lymphe.

 

Les plasmocytes sont issus des lymphocytes B. Leur rôle est de produire les anticorps nécessaires aux défenses contre les infections.

Le plasmocyte anormal se multiplie de façon incontrôlée, à l’identique, en très grand nombre et fabrique une quantité excessive d’un anticorps (= immunoglobuline) qui sera utilisé comme « marqueur biologique de la maladie » (cf. électrophorèse).
Cette prolifération envahit la moelle aux dépens des autres cellules sanguines.

 

 

Les différents types de myélome multiple

Le myélome multiple (MM) est une maladie du sujet âgé. L’âge médian au diagnostic est de 70 ans chez les hommes et de 74 ans chez les femmes.

5 000 nouveaux cas de myélome multiple sont en moyenne diagnostiqués en France chaque année dont 54% chez l’homme.

Il existe différents types de myélome selon le type d’immunoglobuline (Ig).

Schéma Structure d'un anticorps

Chaque myélome ne sécrète qu’un type d’Ig, soit entier, le plus souvent IgG ou IgA, soit des chaînes légères (k ou l) (« myélome à
chaînes légères »).

Le myélome multiple se présente sous plusieurs formes et peut être asymptomatique.

 

Causes et signes d’appels du myélome multiple

L’origine du myélome n’est pas connue à ce jour et la maladie n’est ni contagieuse, ni héréditaire (sauf très rares exceptions).

Causes de myélome multiple

Comment peut-on suspecter un myélome multiple ?

Le plus souvent, le myélome multiple est évoqué en présence de symptômes peu spécifiques comme une fatigue, une anémie, des douleurs osseuses voire des fractures, en particulier au niveau des vertèbres, ou encore une insuffisance rénale.


Le myélome multiple peut aussi se révéler par des infections bactériennes ou par la découverte fortuite d’une protéine anormale dans le sang lors d’un examen de routine.

 

 

Comment diagnostiquer un myélome ?

Le myélome multiple est évoqué par une électrophorèse des protéines sériques et confirmé principalement par un myélogramme.

Electrophorèse des protéines

Elle analyse les protéines présentes dans le sang et permet de déterminer l’existence d’un pic monoclonal. Un autre examen sanguin, l’immunofixation, celle-ci caractérise le type de myélome multiple. Cet examen confirme qu’il s’agit d’une immunoglobuline monoclonale (une seule chaîne lourde, une seule chaîne légère). En cas de myélome à chaînes légères, il n’y a pas de pic mais, le plus souvent, une baisse franche des gammaglobulines. 

Schéma Pic monoclonal

Myélogramme

Ponction de la moelle par insertion d’une aiguille au niveau du sternum ou de la crête iliaque sous anesthésie locale.

Schéma Myélogramme

Cet examen est indispensable car il confirme le diagnostic de myélome en évaluant le nombre et les anomalies des plasmocytes dans la moelle osseuse.

Autres examens biologiques

D'autres examens biologiques (analyses du sang) sont également mis en œuvre afin de préciser le diagnostic :

- Le dosage de la calcémie afin de détecter une hypercalcémie consécutive aux problèmes osseux,

- Le dosage de la créatinine afin de détecter une éventuelle insuffisance rénale,

- Le dosage de l'hémoglobine afin de détecter une situation d'anémie souvent caractérisée par de la fatigue et un essoufflement,

- Le dosage sérique des chaines légères libres car dans certains cas le myélome ne donne pas lieu à l'apparition d'un pic monoclonal mais uniquement à l'émission de chaines légères.

Examens d'imagerie

Des examens d'imagerie du squelette (radios, scaner et IRM) viennent compléter ces résultats biologiques afin de localiser et qualifier les atteintes osseuses  : tassements vertébraux, lacunes osseuses.

Exemples atteintes osseuses