L'AF3M s'interroge sur l'évolution des prix des médicaments

Vous êtes ici : 
  1. Accueil

L’AF3M suit de près la campagne de communication engagée sur l’envolée des prix des médicaments anticancéreux innovants ainsi que les initiatives prises afin d’alerter les pouvoirs publics sur les enjeux qui en découlent tant pour les malades que pour l’avenir de l’Assurance Maladie.

L’AF3M rappelle que pour les malades du myélome, l’arrivée sur le marché de nouveaux médicaments constitue un enjeu thérapeutique majeur, tout particulièrement pour les malades en situation de rechute avancée et réfractaires aux traitements disponibles.

En effet, si l’on peut que se féliciter de l’amélioration de la survie globale des malades du myélome, on constate que ces progrès restent très en deçà de ceux relatifs à l’ensemble des cancers (il est aujourd’hui démontré que plus d’une personne sur deux guérit après un diagnostic de cancer).

Ce constat ne peut que renforcer la volonté de l’AF3M de tout mettre en œuvre pour promouvoir la recherche sur le myélome et d’œuvrer pour accélérer les découvertes tant au plan de la recherche fondamentale que de la recherche clinique.


L’AF3M en tant qu’association représentant en France tous les malades atteints de cette très grave  pathologie :

  • ne peut accepter que dans certains communiqués il soit fait état que le coût des nouveaux médicaments pour traiter le myélome multiple des patients en rechute ou réfractaires serait de nature à aggraver inacceptablement le niveau des critères coût-efficacité habituellement retenus, sans rappeler que pour 20% des malades concernés par un mauvais voire très mauvais pronostic, soit de l’ordre de 6 000 malades en France, l’accès aux nouveaux médicaments présente un caractère d’extrême urgence.
  • ne peut admettre que la vie d’un homme ou d’une femme soit uniquement assujettie à des considérations financières, d’autant plus qu’un grand nombre d’entre eux a volontairement participé aux essais cliniques et ont donc largement contribué à l’émergence de ces nouveaux médicaments.

Naturellement l’AF3M ne peut que se féliciter, bien que le myélome soit positionné comme une maladie rare, des efforts engagés par l’industrie pharmaceutique pour développer de nouveaux médicaments, sans oublier la contribution majeure des hématologues français regroupés au sein de l’Intergroupe Francophone du Myélome (IFM) dans les essais cliniques.

 

Pour cela, l’AF3M s’associe à la pétition lancée par la Ligue contre le cancer en faveur d’une équité durable d’accès aux médicaments innovants et coûteux pour tous les malades atteints de cancer, dont les objectifs sont rappelés ci-après :

  • Dénoncer l’opacité de la fixation du prix des médicaments innovants ;
  • Contester le coût exorbitant et injuste de ces médicaments, qui provoquera des inégalités d’accès aux soins sans précédent ;
  • Demander aux pouvoirs publics de s’impliquer, y compris au plan international, sur cette question essentielle pour les malades d’aujourd’hui et de demain ;
  • Faire connaître au plus grand nombre le risque qui pèse sur notre système de santé solidaire afin de le préserver.

Vous pouvez signer et recommander de signer la pétition de la Ligue contre le Cancer sur le site www.change.org/cancers-chers-medicaments.

L'interview de Bernard Delcour, président de l'AF3M

Avec l’AF3M agissons pour préserver la qualité du système de santé français

L’AF3M préoccupée par les conséquences possibles de ce débat, de son impact sur les négociations de prix en cours ou engagées entre les industriels et la HAS rappelle pour sa part les exigences, reprises ci-après, des malades qu’elle représente et lance de son côté une pétition dont le seul objectif est de refuser que les malades du myélome multiple soient les premières « victimes » des décisions qui seront susceptibles d’être prises.

L’AF3M rappelle qu’il est essentiel que les malades du myélome en situation de rechute avancée et/ou réfractaires puissent bénéficier au plus vite des nouveaux médicaments par l’application du dispositif d’Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU) prévu à cet effet.

L’AF3M rappelle que notre société qui met en avant les valeurs d’équité et de partage est moralement redevable vis-à-vis des malades ayant participé aux essais cliniques, car ces derniers ne pourraient à l’évidence comprendre que leur engagement reste vain uniquement pour des considérations financières.

L’AF3M s’associe certes à la contestation sur le coût exorbitant et injuste de ces médicaments mais demande que soit engagée sans délai une réflexion afin de comprendre le pourquoi de cet emballement des prix et de tout mettre en œuvre pour garantir l’efficience des processus de développement de ces nouveaux médicaments. Elle demande par ailleurs que cette réflexion prenne en compte la situation particulière des maladies rares.

Retrouvez notre dossier dans le Bulletin #B26

 

Signez notre pétition :