MOOC AF3M à partir du 19 octobre 2021
Vik Myélome Multiple

6ÈMES RENCONTRES DE L’INSTITUT NATIONAL DU CANCER

29 mars 2016 | Toutes, Manifestations, Groupe Île-de-France, Manifestations

Le jeudi 4 février à la Maison de la mutualité à Paris, l’Inca et sa Présidente, le Pr Agnès Buzyn ont animé et organisé une journée d’échanges durant laquelle experts scientifiques et responsables institutionnels ont commenté les évolutions et avancées récentes de la lutte contre les cancers. Les thèmes abordés étaient liés à l’avancement du Plan Cancer 2014-2019, aux liens entre cancers et environnement, à la santé connectée, aux évolutions dans le champ des médicaments ainsi qu’à la médecine personnalisée. Madame Marisol Touraine a clôturé ces rencontres en mettant l’accent sur les nouvelles dispositions pour la prévention des cancers dans la loi de Santé promulguée en décembre 2015.

Par Danièle Nabias

Le 4 février 2016 à la Maison de la mutualité à Paris,  l’Inca a organisé une journée d’échanges durant laquelle experts scientifiques et responsables institutionnels ont commenté les évolutions et avancées récentes de la lutte contre les cancers.
Devant une salle comble, le Pr Agnès Buzyn, Présidente de l’Inca, a présenté la journée, puis Mr Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a inauguré les sessions. Il a notamment précisé qu’en 2015, 102 millions d’euros ont été consacrés à la recherche sur le cancer.
Les thèmes abordés étaient liés à l’avancement du Plan Cancer 2014-2019, aux liens entre cancers et environnement, à la santé connectée, aux évolutions dans le champ des médicaments ainsi qu’à la médecine personnalisée.

Intervention Marsisol Touraine Rencontres Inca Février 2016

Sur le thème « les cancers et l’environnement », un vaste sujet et un lien difficile à établir scientifiquement, une nouvelle notion apparaît, celle d’exposome. L’exposome représente le cumul des facteurs environnementaux susceptibles d’agir sur la santé d’une personne, impliquant non seulement les expositions diverses, notamment chimiques (il existe 100.000 molécules chimiques), mais aussi les facteurs économiques. De nombreuses incertitudes sur les effets directs de ces facteurs demeurent, car ces effets dépendent des doses, du temps d’exposition, du fait que plusieurs agents toxiques peuvent agir ensemble, etc.
Afin d’avancer sur ces questions, ont été créés des Plans Nationaux Santé Environnement (PNSE), qui sont établis de manière transversale avec de nombreux autres plans, comme les plans Cancer. Actuellement, le plan PNSE 3 poursuit les actions des 2 premiers plans, dont des études sur des nanomatériaux, mais porte aussi sur de nouveaux sujets, tels les effets de sources spécifiques comme l’amiante ou le radon. Ce plan a aussi pour objectif d’obtenir par des directives légales une diminution globale à l’exposition aux substances chimiques. Des lois récentes, notamment sur l’interdiction d’épandage aérien de 400 substances chimiques ont ainsi été récemment promulguées. Enfin d’importantes avancées ont été acquises pour établir des méthodes de recherche pour comprendre l’action des polluants : mises au point de capteurs d’exposition, recherche chez les personnes exposées de biomarqueurs d’exposition qui soient pertinents, et recherche sur les mécanismes d’action des polluants et leurs effets sur l’homme.

Intervention Benoit Thieulin Rencontres Inca Février 2016

Un exposé sur « l’impact du numérique dans la santé et ses perspectives dans le champ des cancers » a démontré que l’avènement du numérique représenterait un changement aussi révolutionnaire qu’a été l’invention de l’imprimerie.  Ceci, aussi bien pour ce qui est des rapports à la connaissance, que pour les relations entre individus avec le développement des réseaux sociaux, contacts qui ne sont pas forcément marchands.  Les mêmes évolutions bousculent aujourd’hui la médecine. Ce qui est en train de changer concerne non seulement les échanges entre patients, qui sont illustrés par les communications entre eux notamment via les sites internet des associations de malades, mais aussi les échanges entre le patient et son médecin. Evidemment, et tout aussi remarquable, la révolution numérique a accéléré les découvertes scientifiques. Ainsi, le coût du séquençage d’un génome est passé de 15 milliards il y a 20 ans à 1000 euros aujourd’hui. Cependant nous devons être vigilants pour éviter que nos données personnelles ne soient espionnées depuis les applications de nos téléphones portables à des fins de nous contrôler. Il serait, paraît-il, urgent de penser collectivement au type de société numérique que l’on veut !

Rencontres Inca Février 2016

Les  perspectives de la médecine personnalisée, et les questions que posent les nouveaux médicaments anticancéreux, ont été ensuite présentés et débattus durant trois heures.
Nous avons déjà présenté les principes de cette médecine dans les colonnes du bulletin de l’AF3M, N°22, page 4. La médecine personnalisée, ou de précision, définit un parcours de soins basé sur l’identification de la (ou des) mutation(s) survenue(s) dans le génome de la cellule et responsable(s) de la progression tumorale. Les patients peuvent ensuite être soignés par des médicaments très efficaces, inhibiteurs des fonctions cellulaires altérées, et qui épargnent les cellules saines. Pour l’instant l’utilisation de ces thérapies doit toujours faire ses preuves, car une poly-médication est souvent indispensable pour éliminer toutes les cellules porteuses de mutations différentes dans une tumeur. En outre, en raison de mutations différentes chez chacun des patients ayant un même type de cancer, il faut aussi développer une multiplicité de médicaments pour une pathologie. Enfin, les industries pharmaceutiques qui ont développé ces médicaments les vendent très cher, ce qui aboutit dans certains pays à un refus de prise en charge, certaines entreprises agissant en outre pour bloquer la fabrication de génériques.
Dans une table ronde, des représentants de médecins généralistes et de pharmaciens ont fait ressortir leur désir d’être formés spécifiquement sur les thérapies ciblées.

Madame Marisol Touraine a clôturé ces rencontres en mettant l’accent sur les nouvelles dispositions pour la prévention des cancers dans la loi de Santé promulguée en décembre 2015, comme la loi sur l’instauration du paquet neutre de cigarettes. Elle a évoqué la mise à disposition pour tous du nouveau test de dépistage du cancer du côlon, les campagnes d’incitation à une vie plus « saine » (plus de sport, moins d’alcool, tabac, etc.). Elle a rappelé les nouvelles dispositions au droit à l’oubli pour certaines catégories de patients dans l’accès aux assurances et aux crédits. Enfin, elle a souligné l’effort financier entrepris pour effectuer, grâce à 28 laboratoires actuellement opérationnels, le séquençage du génome de 60.000 tumeurs pour 2019, dans le but de mettre au point de nouveaux traitements personnalisés.

Lien sur le site de l’Inca :

http://rencontresinca.fr/

Discours de Marisol Touraine :

http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/16_02_04_intervention_mt_-_rencontres_inca.pdf