application
MOOC AF3M Octobre 2019

PLACE DE LA RECHERCHE CLINIQUE DANS LE PARCOURS DE SOINS DES MALADES : QUEL RÔLE POUR LES ASSOCIATIONS ?

22 mai 2013 | Toutes, Manifestations

Quels sont les enseignements que l’AF3M retire du forum du 21 mai 2013 ? Bernard Delcour représentait l'AF3M lors de deux tables rondes de ce forum.

En fin de journée, un représentant de l'industrie pharmaceutique a résumé les travaux de cette journée :

« La santé a un prix, un coût mais avant tout c'est une valeur à défendre et nous sommes convaincus du rôle joué par les associations de patients. »

Il a rappelé les exigences suivantes :

  • Faire de la France un pôle d'excellence en recherche est une priorité, tout en n'oubliant pas que la France ne peut agir de façon isolée, mais doit s'inscrire dans une démarche internationale.
  • Développer les Essais Cliniques, c'est accepter une prise de risque mais aussi viser un bénéfice sociétal. Pour cela, il est nécessaire de mieux mesurer l'impact des nouveaux médicaments sur la productivité au travail, de mieux appréhender quel en est  le bénéfice global.

Il a conclu que les entreprises du médicament ont comme volonté de guérir nos concitoyens à un coût acceptable, c'est primordial pour assurer la pérennité de notre industrie.

L'AF3M ne peut qu'être d'accord avec ces conclusions, toutefois elle tient à réaffirmer les attentes, les défis auxquels les malades sont confrontés au quotidien :

  • mieux communiquer, en cherchant à être plus pédagogique, cela est possible d'autant plus que l'on peut s'appuyer sur les nouvelles technologies, cela passe également par le développement de lieux d'échange et de dialogue,
  • accompagner les malades avant, pendant et après les Essais cliniques, en envisageant de mieux s'appuyer sur des malades experts,
  • réduire les délais d'accès aux innovations thérapeutiques.


Comme cela a été dit, cela passe par :

  • La prise en compte des évolutions de notre environnement culturel devenu très méfiant par rapport aux progrès de la science ; comment appliquer avec justesse le principe de précaution ?
  • une volonté plus grande de mieux articuler les connaissances académiques avec la vie réelle, que seuls les malades peuvent évoquer.
  • un rééquilibrage des pouvoirs qui ne pourra se faire que si nous disposons d'un dispositif réglementaire à la fois plus souple et réactif. Comme nous avons eu l'occasion de le dire en séance, l'excès de règles tue la règle, au contraire la prise d'initiatives est fondamentale en matière d'innovation. Elle se doit d'être encouragée et mieux prise en compte, avec une forte volonté de raccourcir les délais.