Appli mobile MonAF3M
JNM 2018

ILS ONT ÉTÉ RÉCOMPENSÉS EN 2013

LES PROJETS RÉCOMPENSÉS AU TITRE DE L’AAP 2013

Étude SEROVACC : Étude prospective et multicentrique de la réponse sérologique après vaccination antigrippe, antitharmophilus et antipneumoccopique chez les patients atteints d'un myélome multiple.

Dossier présenté par le Pr Jean Noel Basti du CHU de Dijon, projet soutenu financièrement à hauteur de 10 000 €.

Contexte du projet : les vaccinations antigrippe saisonnière, antihæmophilus et antipneumococcique sont actuellement recommandées chez les patients immunodéprimés. En effet, ces vaccinations permettent de diminuer la mortalité et la morbidité de la grippe, de l’infection à hæmophilus et de l’infection à pneumocoque À ce jour, l’intérêt de ces vaccinations, chez les patients présentant un myélome multiple (MM) n'est pas résolu par les données de la littérature et reste discuté au sein de la communauté médicale. En effet, certaines équipes médicales considèrent que le déficit immunitaire cellulaire et humoral présenté par ces patients, limite l’efficacité de cette démarche préventive et conduit ces équipes à ne plus vacciner leur patient. Dans cette étude, nous allons étudier de façon prospective la réponse sérologique vaccinale chez des patients chez qui un MM est nouvellement diagnostiqué. Le recrutement des patients se fera dans trois services d’hématologie clinique : CHU de Dijon, de Nancy et de Reims de novembre 2013 à novembre 2014. Par ailleurs, un groupe de volontaires sains, recruté par le département de médecine générale du CHU de Dijon, sera également vacciné et étudié afin de correspondre à un groupe contrôle. La réponse sérologique à ces trois vaccins (Vaxigrip®, ActHib® et Prévenar®) sera analysée un et six mois après la vaccination. Son but est de démontrer l’efficacité biologique et clinique de la vaccination antigrippale, antihæmophilus et antipneumococcique et de clarifier l'intérêt de cette démarche préventive chez ces patients particulièrement vulnérables en raison de leur âge et de leur maladie. Elle va également permettre d’évaluer l’incidence des épisodes infectieux dans ces populations.
Durée prévue de l’étude On prévoit six mois de recrutement et six mois de suivi et d’analyse des données.

Évaluation des bénéfices et des risques attendus pour le patient : il existe un bénéfice individuel celui de la protection vaccinale contre la grippe, l’Hæmophilus Influenzae et le Streptococcus Pneumoniae. L’inclusion dans ce protocole ne modifie pas la prise en charge thérapeutique habituellement proposée aux patients. Une surveillance accrue des effets secondaires sera réalisée. Il existe également un bénéfice collectif, pour l’entourage de ces malades, de cette démarche préventive vaccinale. En ce qui concerne les volontaires sains, malgré le risque de complications sévères de ces infections, du fait de la rareté de celle-ci, il n’est actuellement pas proposé une vaccination globale de la population sur des arguments de santé publique. Néanmoins, la vaccination permettrait de diminuer les infections à ces germes. Ces patients sont exposés aux effets secondaires de la vaccination.

Résultats attendus : cette étude va évaluer la réponse sérologique aux vaccins antigrippe, antihaemophilus et antipneumococcique. Elle permettra de démontrer l’intérêt de la vaccination dans le groupe à risque que constituent les patients atteints de MM et plus largement dans les hémopathies lymphoïdes B. Elle va également permettre d’évaluer l’incidence des épisodes infectieux, l’état d’immunodépression des patients et les complications liées aux vaccinations réalisées dans cette population.

 

Développement d'un programme d'Education Thérapeutique pour les patients atteints d'un myélome. Service d'Onco-Hématologie de l’hôpital de Bourg en Bresse dans (AIN)

Dossier présenté par le Dr Hubert ORFEUVRE, projet soutenu financièrement à hauteur de 10 000 €.

Cette démarche d'éducation thérapeutique a débuté en 2013 afin de mobiliser les expériences de chacun et d'améliorer la prise en charge des patients avec le soutien de leur famille.
Nous avons créé le programme EMYLY (Education thérapeutique des patients atteints d'un MYélome ou d'un LYmphome), 13 membres de l'Equipe pluridisciplinaire ont été associés à ce projet qui a été soumis à l'ARS.
Ce programme concerne tous les patients atteints de myélome ou de lymphome, homme ou femme, traités, sans limitation d'âge et dont le consentement éclairé a été recueilli.
Le patient, lors d'un entretien individuel, reçoit de la part d'un médecin ou d'un membre de l'équipe éducative, un programme éducatif en lui précisant les modalités, le caractère volontaire du programme et les intérêts.
On lui remet également une notice d'informations.
Un diagnostic éducatif est ensuite réalisé par une infirmière du Centre de Coordination en Cancérologie.
Ce diagnostic identifie les facteurs facilitants et  limitants pour proposer au patient un programme d’éducation personnalisé. Les objectifs sont alors posés avec le patient, il lui est proposé soit un suivi par des consultations individuelles avec l'équipe éducative, soit des ateliers collectifs.

 

Lire l'archive de notre actualité du 30 janvier 2014